Slam love vocer


Ça s’est réveillé comme ça sans prévenir, ça s’est réveillé et je ne pouvais plus m’endormir. J’avais le cœur gai, j’avais la terre entre mes bras, j’avais la tête qui cherche une épaule, j’avais les odeurs de sueur joyeuses, j’avais l’oreiller en fête. Je suis en love, je suis poly confuse, je suis mon doigt imaginaire le long de son doux, je suis les yeux plongés dans la fille au vélo, je suis les yeux plongés dans la fille aux contes, je suis confuse de love. A qui s’adresse mon cœur battant du soir ? A celle qui m’a proposé qu’on se voit que toutes les deux ? A celle qui m’a dit qu’elle peut-être poly, enfin oui avant, enfin peut-être encore maintenant ? A celle qui analyse tout ? A celle qui fait ? A celle qui parle de love room partagée entre copaines ? A celle qui me propose de bricoler ensemble ? A celle qui me propose des plans concerts ? A elles que je vais retrouver au concert ?

J’en perds l’écriture de cul, j’en perds mes moyens, j’en slam les vécus, j’en veux des tas de câlins

Elles écrivent, tu sais, comme le premier coquelicot dont j’ai fleuré le pistil, elles écrivent, elles racontent et je veux les embrasser. Je veux me plonger nue dans une love room, je veux écouter leur cœur battre, je veux caresser leur clavicule, je veux les voir rire, toutes les deux.

Elle écrit, tu sais. Elle est assise entre deux embrasures de porte. Elle est assise, écouteurs dans les oreilles (elles font ça toutes les deux quand elles écrivent), elle si belle. Belle et beau. Elle est assise à côté de moi, écouteur dans les oreilles, elle écrit aussi. Je suis lovuse.

J’en perds l’écriture, j’en perds le stylo, j’en perds le bulot, j’en perds la friture.
Confuse, confuse, oui. Dans les sentiments.
Ma chatte, elle sait. Elle s’en fout aussi.
Qui quoi c’est pas son problème
Elle veut écrire comme Anne
L’archet anarchiste
Elle veut que je la branle
Travail ou pas Love ou pas
Elle dicte sa loi

***

Bande son : SHOOTALOVE

Illustration : Balbir Krishnan

Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire