Quai supérieur 1


LAPONE CARTA 3

Ce sont des histoires de bout gare, de quai supérieur et de collisions de joues au pied d’un panneau publicitaire. Entre deux gares, comme on respire entre deux eaux,  il y a le sourire au fond des yeux. C’est une histoire de voyage comme on suffoque entre deux désirs. Ce n’est pas une histoire pour les enfants sages, qui attendent un mot, assis sur le bord de leur lit. C’est une histoire à vivre, les yeux au bord du vide, couché le long des falaises de la femme, l’esprit accroché à l’inconnu. La seule boussole est l’audace, le seul point d’arrivé est la gare de départ. C’est à l’instant où le train lâche les amarres que la lumière, arrachée au ciel par la pluie battante, naît dans les yeux clairs.

Je ne sais comment la crainte prend les sentiers arpentés, loin du cocon imaginaire. Je ne sais comment le papillon ouvre ses ailes, se débarrassant une à une des pelures de l’irréel. Comment l’oiseau se pose-t-il entre les pattes d’une chatte ? Pas à pas, peut-être. La parole marche sur des œufs, et la magie survole les embûches, un sourire au coin des lèvres. Entre deux gorgées d’eau, il y a le désir au fond des yeux mi-clos. L’eau s’étouffe dans la gorge, se faufilant entre le trouble et le culot. La main sur la hanche s’enhardit. Les lèvres au cou soufflent la douceur brûlante d’une simplicité sans fard et sans parfum.

Je ne sais comment les peaux se parlent sans mots. La nudité soudaine, sans doute. Une main sur une fesse à l’évidence. L’énergie se concentre au cœur. L’énergie devient lascive vérité. L’énergie devient le cocon. Ensuite, votre doigt posé sur la joue devient ton doigt tournant, là. Vos lèvres deviennent tes lèvres alchimistes. Votre barbe devient ta ferveur. Mon âme bat, mon corps se liquéfie. Votre sexe devient ton sexe vibrant sous ma paume. Votre peau devient ma peau. Et ma jouissance se fait vôtre.


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

Commentaire sur “Quai supérieur

  • Paul Auster

    Au train où vont les choses, madame, le plaisir sera sans doute au prochain arrêt.  » Pas terminus, tout le monde monte! » .
    Aux vitres au matin embrumées le soleil perce les brouillard bas et frangés. Le bonheur scintille aux millions de perles de rosee. Et à la votre, bien sûr…