Émoi


Quelle indécence !

La routine remontait le quai du tram. Je suivais le cours de la foule, aucune autre issue possible. Je m’étais habituée à l’enchevêtrement de mes pensées, compressée dans l’affluence sortie du bureau. Nos masques sur le nez, nos tickets compostés sur la sagesse, nous avions validé le droit d’être la foule grise, sac au dos, casque sur la tempe. Je m’interdisais de sortir mon écran de compagnie pour humer la réalité crue. Là, ils me sautent à la figure. Là indécente jeunesse. Là tout contre les portillons de sécurité, ils s’embrassent. Choc. Moi qui ai vu les corps sans textile, qui ai baisé les culs bénis, qui ai écrit les […]


no désir 6

Je n’ai pas envie Je n’ai pas d’envie J’ai les jours las J’ai les jours plats Les jours trop plein trop mangé trop bu trop travaillés trop de soins Trop dans la tête trop dans les tripes J’ai le non désir, le non sexe, le vide du trop plein Le sexe se défile dans un vide sans rien J’ai le calme sans la tempête Une houle peut-être J’ai désirs avortés sur drap blanc soupirs enfouis de fatigue j’ai caresses perdues désir en tête frémir aux tripes Pas au sexe J’ai sourires échangés avant de dormir maladresses veut-on du sexe ? Je veux dire veux-t-on avec nos corps Ou veut-on ça […]


Juste OK 2

Ça s’appelle désir. Face à face, j’perds la parole. Pile à pile, j’perds le tempo. Je pourrais dire n’importe quoi, même parler de boulot, pour casser le silence. Je patauge dans le désir, je ne sais pas, je n’ai pas les codes. Il me faut tout réapprendre. Il me faut casser la facilité.  Oh, j’ai déjà caressé des seins et plonger ma langue sous les méandres. Je suis allée de côté, sexualité alternative comme on dit. J’ai voulu essayer, tout essayer. Des filets hétéréo m’ont englué, des haches normées m’ont taillé les yeux. J’ai mis des pantalons mais je suis toujours resté à ma place. Je voulais trouver, alors j’ai […]


Crush trop

Mes hanches aux tiennes dansent. Rap mon corps, rap sur planche. T’es baskets sur sol, t’es mots du sexe, t’es judo claqué au sol, t’es seins sur les miens, t’es sueur contre peau. Les baskets glissent un pas après l’autre. Fascination. J’suis là, dans le public, pire qu’un mec cis, incapable de matter ton travail. Tes cheveux courts, ta nuque, ta voix, tes mots. Ma tête est raisonnable. Ce n’est pas parce que tu parles de cul que tu es ouverte à n’importe qui et n’importe quoi. Tu n’es pas seul.e sur scène. Elles parlent de sexualité aussi. Elles sont douées aussi. Elles disent le désir avec force. Le non […]