Voyage


Nuit orgiaque 4

Préambule : Titre de pute à cliques mais pas de tête à claques Lisez tout ce contenu, vous connaîtrez les coulisses extraordinaires des nuits orgiaques *** Cette année, j’ai participé au concours de la nouvelle érotique (ceux qui aiment la précision trouveront tous les détails dans le lien). Les auteurs inscrits doivent écrire en huit heures, entre minuit et 7h du matin. Outre la contrainte de temps (oh oui contrains-moi fort !), il faut y ajouter deux contraintes rédactionnelles : Contexte de situation : EST ÉPRIS QUI CROYAIT PRENDRE Mot final  : RICOCHET Pour cette folle nuit de changement d’heure, nous étions 406 auteurs confirmés à s’être inscris et être […]


Les absents 1

Il eût des hommes dans ma vie après qu’il y en ait eu si peu. Le premier fut l’absent. Le second absent aussi. Ils étaient des entités qui voyagent en tapis volant, Énée et Ulysse à la fois, je le croyais dur comme vrai. Il y avait l’arrière-absent, aussi, l’ombre de l’ancêtre entre les murs de la ferme brûlée. Mais c’est au second que je dédie ces mots. Sable chaud, je ne sais le désert, je ne connais pas les voyages ni les traces de roues dans les dunes ensablées. C’est un mirage qui court vers Dakar, un immigré sans fanion.  Je n’ai pas mon permis camion. C’est un cargo […]


Filet 1

Par trois fois, je suis revenue de voyages immobiles scandés par le bruit des trains en vallée. Tantôt squaw au poteau, tantôt feuille raide suspendue au néant, tantôt comme on dit là-bas, tantôt gambas à la queue de sirène, ma peau est en érection. Chaque pied monte, chacun tente d’être docile mais cela ne se décide pas à coup de volonté. Tout à l’heure, je saurais me faire algue dans le courant, mais tout à l’heure seulement. Les sens en érection, les wagons lointains, la chaleur de l’été sans fin, la respiration, le métal pointu sur les cuisses, tout ceci n’a aucun sens. Des pointes roulent sur ma cuisse comme […]


Contredanse 1

Un critérium à la main, j’ai effacé les flèches sur mon agenda. J’ai fini de vider la valise, trace de mon précédent transport. Je l’ai rangé sous l’étagère. Je regarde ce matin, les bijoux que je voulais mettre. Ils resteront dans leur boîte chinoise, laquée de rouge et de voyage. Dans un mouchoir, j’ai recueilli les larmes du soir, et ce matin je les ai secouées sous la pluie fine. Dans la salle d’armes, j’ai trié mes espoirs et la lune s’est enfuit aussi. J’ai mis la musique à fond. Devant toi, je me suis plantée, j’ai relevé un peu ma jupe droite sage. Elle est passé de genoux à […]