Saphisme


La marinière de la pompière 2

La marinière de la pompière tourne les sangs la marnière de la pompière tourne boule Mes sens   Le cri de l’enfante battue du ventre glacé les cris de ses aïeux pour elle et les cieux et sa fille   Le cri de la pompière au lit contre le mur Tape les voisins La vie contre sa peau   Elle aspire, elle a dit elle aspire Tatoueuse Tatouage entre ses seins Invisible   Entre ses seins truffe fendue Croquante Entre seins choisis J’ai plongé le nez   Le camion rouge rutile Le sourire du chef  pour elle Nos rires La marinière sur moi   Respirez monsieur 1 2 3 4 […]


Les sexes

L’instinct habitait la chair, et la chair était belle. L’instinct demandait sa part du Lion, et le Lion arrachait la cage. De vêtements, il n’en était point. De pommes mordantes, il n’y avait pas tant. De nudité, ils étaient. La chair montait en parfum, du sexe à la source, de la source à la queue, l’animal sentait le musc. Ma  bouche sur ton corps, ma bouche à ton cou, mon cou en arrière et des soupirs plein les poches. Mes mains partout, sans chemise ni rien du tout. Nu. Je te veux. Salive à la rondelle. Ongles courts. Poils ras. Chienne de salon pour la minute. Cochon pour la farce. […]


Blanche tête 2

Tu parles, rebelle aux cheveux gris trop tôt. Tu es belle depuis que je t’ai serré la main. Je contemple le film de ta vie. Je te regarde assise face à moi. Ton pantalon est rouge, ton blouson de moto élimé. Ta vie est à refaire encore. Tu es fascinante, sais-tu petite chatte écorchée vive ? Entre mes bras, je contiendrai ta douleur. Sur les cordes, je chanterai ta geste. Entre les mots, j’ouvrirai ta cage. Tu  t’envoleras bel oiseau. Tu n’es pas le garçon des premiers, tu es fille et je le sens sous mes doigts. Je suis aussi douce que la pluie et aussi moite que l’été. Je […]


Fleur d’Oranger 2

Sur mon lac courent des mains puissantes ou douces ou chaudes ou fraiches ou fines ou larges. Les yeux fermés, les sens se vivent à l’aveugle. Au bord de mon oreille crépite un feu sous un dôme de verre. Les bûches se fendillent, sa bûche se tend. De l’huile d’argan venue avec les hôtes de ces lieux, de l’huile de fleur d’oranger venue dans la valise d’Oran, de l’huile s’incorpore sur ma peau. Et cette main large qui se compte en année déjà, cette main loge mon corps. Elle modèle chaque parcelle de mon dos, elle détend mon cou. J’aime cette main. Couché sur les flots sensuels, mon corps se […]