Mer


Érection matinale

Il est le frère de mon beau-frère, jeune, beau. Nous allons nager dans une grande étendue d’eau, c’est la mer je crois avec quelques vagues qui passent sur nos visages. Ma sœur et son mari sont restés sur la plage. Il s’approche de moi. Je vois son corps nu, bien dessiné assez large, sa cuisse ferme et son sexe tendu. Soudain, je sens mes muscles intimes qui se tendent. Il est entré d’un coup, sans recherche. Han. Je me réveille, les muscles du vagin tendus.


Audacieuse ondée 2

Au fond du foyer, là où des marins pêchent sur l’acier, une petite braise luit encore. Son rouge frétillant déchire le noir de la nuit. Des éclairs sans cesse illuminent la salle à manger vide. L’orage tourne, incessants cris de colère. Je tremble comme une enfant feuille, dans mon débardeur blanc, à peine assez épais pour cacher mes seins. Ils pointent de peur, heureux d’avoir trouvés une excuse pour quémander une place dans le lit de l’homme. Vous étiez près de la table, vous aussi réveillé par les éléments qui se fâchaient de nous voir dormir chacun  seul, dans une des chambres de la chaumière de mer. Vous étiez dans un […]


La Marie-Joseph 12

  Elle est aussi blonde que je suis brune, aussi bronzée que je suis blanche, aussi pétillante que je suis réservée. Mais quand je la verrai ondoyer sous ses mains masculines, je saurai combien nos sensualités sont semblables.  Là, sur le trottoir, je lui fais signe et je lui ouvre la porte grillagée. Il a l’œil qui pétille. Rhum, rosé, rouge ? Ce seront trois verres rubis et des olives de Nyons. Elle roule sa première cigarette. Il a posé son pied sur ma chatte. Elle enlève le haut de son maillot pour plonger dans l’eau transparente. Ses seins sont divins. Des poissons bleus et métalliques font vriller la lumière du […]


Etoile du large 13

C’est l’impossible quai où je vous attends. C’est la nuit qui vous accueillera, le soleil dans sa sacoche, le bonheur dans sa valoche. C’est le quai où est garé votre bateau. C’est l’aurore qui vous sourira, mon sommeil en cabine, l’amour en habit de voyage. Mouiller à l’ancre dans une gare sauvage.   Hisser la voile d’une langue bien claire, faire un cabestan à votre bite, dénouer vos cheveux salés, et dormir encore entre vos côtes étoilées. Un croissant de lune à chaque bras, je vous embrasserai dans le compartiment. Je prendrais votre cœur pour le faire tanguer en secret. Puis, je le cacherai dans mes entrailles pour qu’il ne […]