Fantasmes


Pur sang arabe

Affalée dans la poussière, pelage sale, je vous guette. Au soleil brûlant, mes pupilles sont mi-closes, vertes dans votre fruit. Chaque jour, fier pur sang, vous trottez, beau, posé, ondoyant au rythme de votre assurance. Vous passez devant mes rochers, sans rien y voir, une deux trois, valse de votre robe noire. Je scrute vos mouvements. J’attends l’instant. Hier, vous pleuriez, prince de sang, une histoire de femme. Vous vous êtes caché, mais j’ai vu les larmes sur le poil. Vous brillez, vous dîtes qu’elle était votre repère, votre raison de vivre, votre antre chaude. Son corps encore vous enivre. Entre deux reniflements, vous croyez dur en ses seins de […]


Blanche tête 2

Tu parles, rebelle aux cheveux gris trop tôt. Tu es belle depuis que je t’ai serré la main. Je contemple le film de ta vie. Je te regarde assise face à moi. Ton pantalon est rouge, ton blouson de moto élimé. Ta vie est à refaire encore. Tu es fascinante, sais-tu petite chatte écorchée vive ? Entre mes bras, je contiendrai ta douleur. Sur les cordes, je chanterai ta geste. Entre les mots, j’ouvrirai ta cage. Tu  t’envoleras bel oiseau. Tu n’es pas le garçon des premiers, tu es fille et je le sens sous mes doigts. Je suis aussi douce que la pluie et aussi moite que l’été. Je […]


Consultation 4

– Entrez je vous prie. Ne vous asseyez pas. Vous êtes venu pour quoi ? – Perdre du poids – Bien. Combien voulez-vous  perdre ? – Huit kilos – Si vous êtes arrivé jusqu’ici c’est qu’on vous a recommandé mon traitement – Oui – Êtes-vous vraiment motivé ? Ne répondez pas, nous le verrons au cours du traitement. Les faits parlent d’eux-mêmes. Vous disiez huit kilos ? Vous en prendrez deux par kilos puis chaque fois que vous perdez un kilo nous diminuerons la dose de deux. Si vous prenez du poids ce sera un par cent gramme pris. Est-ce que cela vous va ? – Oui – Bien, déshabillez-vous […]


Détends-moi, un peu, beaucoup, à l’eau 3

Prends-moi là comme ça. Je suis stressée, si stressée, deux nuits que je ne dors pas, deux nuits que le cerveau tourne sans fin. J’ai faim, calme-moi, prends- moi. Viens dans la chambre, viens j’enlève ma culotte, approche-toi, non sans fioritures, sans caresse dans mon cou, sans rien du tout. Ne m’embrasse pas tout le corps. Garde les baisers pour les jours doux. Garde des lèvres pour ma peau aimante des jours sereins. Donne-toi que je fasse sortir la force, que ta promesse expire de sa cachette rétrécie, petite tortue au repos. Viens, mon Pinocchio, raconte-toi des mensonges silencieux, fais ce que tu veux, mais bande vite. Merci. Je suis […]