Culture


Au parfum 1

Petit côté garçon bien sage qui ignore ce qu’est une bifle, côte à côte, bras qui se frôlent, le ticket de métro parisien sert de marque page, jean, veste.  Mes yeux se glissent entre les lignes de son livre d’un beige à peine vieilli. Je le reconnais.  Et je l’imagine nu à côté de moi, sa valisette d’ordinateur cachant son sexe, et ma main qui frôle sa cuisse. Il continue de lire tandis je le prends, peau à peau, main sur le poil. Il lit, sa chemise blanche suinte de sueur parfumée, de désir fleurant. Je l’imagine célibataire à traîner sur les sites à tenter de trouver l’âme sœur alors […]


Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien 4

Certains romans arrivent dans notre vie au moment opportun, comme s’ils venaient nous dire ce que nous pressentons.  Deux livres aux couvertures mates et roses se sont engouffrés entre mes doigts ces derniers jours. L’un est un cadeau, l’autre est une découverte spontanée. Le premier est un livre de Frédéric Lenoir. Je ne m’attarderai pas sur cet objet. Le développement personnel sous forme de morale déguisée en roman n’est pas ma came. Je n’aime qu’on me dise ce que je dois penser même sous la forme de contes ancestraux et de syncrétisme religieux. Fin du game. Le deuxième est arrivé dans mon sac suite à une grosse déception. J’étais venue […]


Suzanne

Derrière le mur, sous les arbres, je prenais mon bain, nue sous la bise. Je posais mes pieds dans l’eau fraiche, c’est mon oasis en mon sein. Il faisait beau. La vie était simple. Chaque goutte d’eau était autant de liberté. Un sourire était sur mes yeux. J’étais au monde sans rien lui demander. J’étais nature sans vigne vierge, rouge d’automne, ondulée des âges. L’air sur ma bouche se faisait instinct. Je communiais avec l’atmosphère. Éternel présent. Là derrière, les hommes regardaient. Ils auraient pu contempler le trou de la serrure. Ils auraient pus être au présent sans voile. Ils auraient pu respirer l’air et la chair et la chance. […]


La femme brouillon- Insectes 3

Ma tante disait que les dragées se dégustent soit par deux, soit pas du tout. Elle était gourmande et généreuse. Est-ce pour cela que je vous présente toujours les livres deux par deux ? Est-ce que cet adage s’applique aussi aux hommes ? Puisque je suis dans la rubrique littéraire, je serais tentée de prendre exemple sur Marguerite Duras pour répondre à cette dernière question. Une fois n’est pas coutume, je vais vous présenter deux livres qui traitent du même thème, celui de la maternité :  « La femme brouillon » d’Amandine Dhée et « Insecte » de Claire Castillon. Depuis la découverte de « Pas dans le cul aujourd’hui » me voilà abonnée à la […]