Sauter aux yeux


maquillage-yeux-verts-extra

Vos yeux. Mes yeux. Vos yeux. Mes yeux encore. Je ne sais pas que vous portez des pulls beiges si classiques, ni même que vos chaussures sont belles. Juste belles et noires. Je ne sais pas encore que votre langue a le goût du tabac. Je ne sais rien que la main de cette femme qui me caresse les seins et tente de saisir mon regard. Ses lèvres contre les miennes se collent. Sa peau est une pierre trop lisse. Mes yeux. Vos yeux. A quel moment l’eau se change en feu ?

Sur mon cou, vos lèvres courent la partition mordillante. J’oublie la femme aux seins de marbre, je me noie dans le désir naissant. J’oublie l’amour, j’oublie la morale, j’oublie dans le désir de ta main sur ma cuisse, j’oublie la main de l’autre homme sur mon sein, et la main de l’autre homme sur ma main. Ton corps est mûr comme la pomme prête à être cueillie. C’est l’automne.

Ta peau ma peau. Ta bouche ma bouche. Tes doigts mon eau. Ta peau ma peau. Ta bouche encore. Ma bouche.

Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire