Qui possède qui ? 10


images

Nue plantée sur mes talons rouges, nue face à ton pantalon de toile, nue je défie tes yeux. Qui me possède ? Quand le temps sera accompli, quand l’urgence gagnera mon corps, je baisserai les yeux au sol pour que tu y ramasses mes fantasmes.

Le doigt sur le cul, pour te montrer la direction. Tu crois que tu me possèdes, mon salaud, tu crois que tu me baises où tu veux, quand tu veux, dans le rouge que tu veux. Tu t’illusionnes, baby. Là mon doigt sur mon cul ne t’offre pas mon intime réduit. Mon doigt te prend le cerveau quand je veux, là où je veux jouir, là où tu ne sais rien de moi. J’obéirai, je pousserai mon index dans le fruit défendu, j’obéirai, je pousserai mon doigt dans ton cortex. Je vais beugler, je vais râler et mouiller à mon rythme déchainé. Ta queue sera spectatrice, impuissante bandaison tendue.

Je te veux, tu entends ? Tu entends mon doigt qui t’appelle ? Tu entends, petit homme pris au piège de mes cuisses ouvertes ? Ouvertes, pas offertes car le jouet de tes illusions, c’est toi. Dans ma caverne, j’enserrerai ton sexe, mes entrailles t’avaleront, et tu perdras tes sens dans le noir de mon tréfonds.

Tes mains sur mes cheveux tirent, et mon cerveau décolle des draps. Putain, tu vas me baiser, oui ? Que mes sens s’emballent, que mon cul ne soit plus qu’un cerveau timbré. Tu coinces mes mains dans mon dos, mon cou s’écrase sur le matelas, attrape-moi que ton esprit lâche, que ton cerveau déjante, que ta queue n’en puisse plus t’attendre. Écoute les cris, écoute car mes soupirs violents t’ordonnent de n’être qu’un sexe au service de mon présent.

Alors de mes lèvres dégoulinera la salive, alors des mes lèvres coulera la cyprine, d’un coup. Alors je trésaillerai encore, je bramerai dans le quartier des âmes sages, je bramerai biche vivante.


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

10 commentaires sur “Qui possède qui ?