Orchidée 13


Sextoys en bois

Je l’ai jeté sur le lit et moi avec lui. Dans mon bureau, avant d’arriver sur ce lit, je l’avais touché, soupesé, caressé. Il est léger. Sa douceur m’a conquise, ses structures externes semblaient prometteuses. Ma paume aimait s’y perdre. Sa texture est lisse et brillante au bout. Elle est mate et agréable à la poignée. Il est facile à prendre en main. Il beau comme un dieu. Il est tatoué (du numéro 91) J’avais envie de lui. Lui c’est un objet rare, c’est l’orchidée structurée, arrivée dans ma boite aux lettres, dans un joli paquet carré et discret.

Sur ce lit, aux draps rêches, je suis lascive et détendue. L’Amant s’approche de moi, soulève ma robe et découvre ma nudité. Il est aussi excité que moi à l’idée d’essayer l’orchidée. C’est Amant qui a choisi la couleur et donc le bois. Le plus clair m’avait-il dit, la teinte est plus proche de celle de la chair. Et puis, le son du mot érable, me plait.

Le challenge est double. Cette chose en bois d’érable est inconnue, et, les sextoys n’ont souvent que peu d’effet sur moi. Surtout les mécaniques. L’Amant le sait bien. Il m’a déjà vu faire la grimace. Sur ce lit, je suis déjà trempée, sans préliminaire, ou juste la main d’Amant qui constate, avec joie, cet état. J’ai envie d’essayer l’orchidée tout de suite, sans autre forme de procès. Vu mon «état», pas besoin du lubrifiant fourni avec l’orchidée.

A peine posé sur mes lèvres, cet objet me fait frissonner. Je ne sais si c’est l’attente, la curiosité, le charme qu’il m’a fait lors de nos premiers contacts, mais je l’aime déjà. Les creux et les bosses toutes lisses, donnent des sensations nouvelles et qui se renouvellent. Elles ne sont pas mécaniques, mais changeantes et souples. C’est doux, mais je suis impatiente. Je veux aspirer cette tête de bois. Nous prenons le temps, et je pressens que mon vagin va l’aspirer un peu tout seul. Cependant, je me laisse faire, détendue et tout au plaisir de ces caresses.

Après, je ne sais plus.  J’ai la sensation d’avoir quelque chose qui prend la bonne place, suffisamment large, et surtout pas trop long. Tous les muscles du vagin sont sollicités en même temps. Ce qui veut dire que tous les muscles procurent du plaisir, comme si toutes les papilles de la langue ressentaient toutes les sensations que procurent tous les aliments. Le mouvement de Amant, conjugué aux structures du bois, me font des caresses internes nouvelles. C’est exceptionnel. Il y a même trop de mots dans ce paragraphe pour décrire la rapidité avec laquelle, le plaisir arrive, doté d’une petite et jolie éjaculation féminine.

Soudain, là, oui là, là ! Le point G, ou je ne sais quel partie du vagin, mais c’est là, près de la vessie. L’orchidée appuie où il faut. Là, j’ai la sensation de grimper. Il me vient une couleur : un gris doux, comme celui d’un chat soyeux. C’est fort et puissant, courbe, et d’un plaisir si intense qu’il m’est presque intenable. Je tente de décentrer mon esprit de cette partie de mon corps. Mais peine perdue, j’y suis. Dans le plaisir. Et l’orgasme.

Ce fut rapide, intense, incroyable. Et ce fut un plaisir nouveau.

L’Amant m’explique combien ce jouet est agréable à utiliser. Il a la sensation que ses doigts sont prolongés. Il me dit combien tout ceci est excitant. L’orchidée est toujours à sa place, et Amant prend la sienne à l’étoile. En double pénétration, l’orchidée me plait moins. Mais c’est très perso. La sodomie, je l’aime sans autre sollicitation.

***

Une fois n’est pas coutume, j’ai acceptée de «tester» l’orchidée. Le concepteur de idées du désir m’a contacté pour cela. Et, j’ai dit oui, car j’en avais très envie. Pourtant, je n’ai pas vendu la peau de l’orchidée avant de l’avoir essayé, car les sextoys et moi, c’est une histoire compliquée.

Pour utiliser cet objet, oubliez les va et vient, oubliez le phallus et ses modes de fonctionnement. Non, l’orchidée, c’est autre chose. Je pense, d’ailleurs, que cet objet doit être parfait pour une relation entre femmes car l’orchidée ne tente pas d’imiter, ni par son aspect, ni par ses «fonctionnalités» un sexe d’hommes. Pour celles qui ne cherchent pas un phallus à tout prix, cet objet me semble plutôt sympa.Et pour celles qui cherchent le plaisir, cet objet est excellent !

Je suis un peu esthète et j’aime les objets d’art et d’artisanat, quitte à en posséder peu. L’orchidée, sa matière noble, sa douceur, sa production artisanale, sa simplicité (c’est à dire sans chichi, rose girly, etc) et son côté astucieux correspond si bien à mes goûts. Pour connaître le projet de idées du désir, son travail en collaboration avec un sexologue, tout est ici.

En conclusion : l’orchidée structurée de chez idée du désir est un sextoy en bois qui donne un plaisir intense !

***

Nouvel ajout :

J’ai essayé l’Orchidée, seule. En « préliminaire », je caresse mes grandes lèvres, et j’adore la sensation douce du bois, les « structures » qui donnent des sensations aléatoires. C’est mieux que les doigts, car il n’y pas de sensation de frottement. Le bois lisse donne comme une sensation de fraicheur, il glisse sans soucis. Je décide des impulsions, des sensations, des mouvements selon mon propre ressenti. Je ne réfléchis surtout pas, j’écoute mon corps. Quand je me sens prête, je glisse le bois vers l’entrée du vagin, prenant le temps qu’il soit « aspiré » par le vagin lui-même. Et là, la fête commence. Je régule mes mouvements selon les sensations. A un millimètre près, je ressens du bien ou de la douleur désagréable. C’est un bonheur de s’écouter ainsi, de faire connaissance avec ce vagin, ET de jouir !


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

13 commentaires sur “Orchidée

  • Pierre qui roule

    Une fleur de plaisir dirait on….

    J’aimerai l’avoir souvent au bout des doigts :-p . Et vous avec, madame

  • mars

    Tu n’as pas lu Claudine!
    Si tu avais lu Claudine, tu aurais eu à l’esprit « la clé brillante, aux contours arrondis, que la main vingt fois par jour polit » et tu aurais écrit le sculpteur aux yeux noirs, aux mains fortes et puissantes, qui travaille sans relâche son manche encore informe (en charme) en imaginant longuement l’envers des creux de la chair qui va l’accueillir, et dans laquelle il le regardera disparaître en reflétant dans son vernis à peine sec les replis mauves de sa belle alanguie comme on regarde une dernière fois le coucher de soleil disparaître derrière l’ondulant horizon fermez le ban.

  • Alda

    Bonsoir Marie,
    oh, quelle belle découverte que cette orchidée ! Je vais me laisser tenter, je crois, ne serait-ce que pour la beauté de l’objet. Il passera sans problème les fourches de la douane malaisienne, personne ne pourrait se douter de son utilisation finale (tout ce qui est considéré en rapport avec la pornographie, et le sexe en général, est interdit d’entrée sur le territoire, qu’il s’agisse d’accessoires, de livres ou de photos !).
    J’ai recommandé la site du fabricant à une amie qui adore les beaux objets d’artisanat, réalisés dans des matières nobles et conçus pour durer. Mettre un peu de beauté dans notre quotidien, c’est important, pas vrai ?…

  • Ellie C.

    Un site m’a aussi demandé si j’étais ok pour jouer avec leurs jouets… Aucun n’est aussi curieux et intéressant que celui là. Cette espèce de langue gonflée à méplats ainsi que le doigtier sculpté pour  » l’amant », le tout en bois d’érable… Sycomore, ou champêtre l’érable, je ne vois pas bien d’ici.. ? ;D

    • MarieTopic Auteur de l’article

      Il vous faut un con.
      Pour les autres espace à conquérir, je pense que Idées du Désir à des objets plus appropriés

  • john2steed

    Pas testé, Emma ne semble pas tentée par le bois, orchidée ou autre nom végétal… Mais le womanizer, oh oui, oui, ouiiiiiiii

    .-)

    • MarieTopic Auteur de l’article

      Je connais le Womanizer. Il est whaou ! C’est le seul truc à piles qui me fait quelque très bonne chose.
      Mais cette orchidée est encore plus forte pour moi