One string 3


Art portrait of a beautiful Spanish girl. Latin dances.

Ses doigts montent, descendent, hypnotiques pincements de la corde sensible. Avec lui, le plaisir est rond, ample et profond. Je suis au cœur des semblables corps de bois. Ses doigts tressaillent et l’archet caresse chaque émoi, tour à tour. Au milieu des cordes, il pourrait être sur mes genoux, sous le plafond de bois aux caissons italiens. Il emporte  les âmes aux tréfonds de la reconnaissance. Dans les cieux aigus se faufilent les variations intemporelles. De bas en haut, sans autre marque que le travail  fastidieux de la minutie, le son s’arrondit entre mes reins. Le soleil cligne mes paupières tandis que l’archet dessine des frissons sur ma peau. Variation pour une corde.

La première préoccupation du violoncelliste est de trouver un trou pour y planter son instrument. Avec lui, le plaisir est grave. Emportée par le flot, je suis fondue dans la musique. Douze violoncelles, et le soliste. La jolie fille a posée ses escarpins sur le plancher. Elle impulse le son, elle dynamise l’accompagnement. Et le soliste caresse le corps de l’érable façonné en courbes. Le violoncelle est la voix de la jouissance. Elle est belle debout, puissante et drôle. Je l’aime comme la partie de moi qui manque à ma timidité.

L’espace d’un instant, je suis la corde striée sous votre doigt. Votre index posé sur le cou fait frémir mes veines. Votre majeur et votre pouce pince le téton. Votre annulaire se dégorge de mon ventre et votre auriculaire tente la vis d’accord. De ce premier essai, vous concluez qu’il faut m’accorder, ajustant mes chevilles à vos envies. Vous attachez des liens pour lier mon piquet aux pieds de votre chaise, par un anneau argenté. Je suis à vous.

Je suis vos cordes frottées, j’ai besoin de vos mains pour faire exulter mes voix. J’ai besoin de votre archet de cuir pour m’envoler sur les variations rondes. Vous savez recueillir l’intense au bout de mon piquet. Parlez-moi avec votre instinct, je suis toute ouïe. Votre crin est en tension. Caressez-le de colophane, de résine, d’or et d’argent et d’oxyde cuivre. Arrachez à mes envies leurs sons les plus aigus. Entre votre bras, je suis l’immobile érable encordé.

Ne rangez jamais votre archet tendu, s’il vous plait, il pourrait se rompre aux variations de mes envies.

***

Illustration : Art portrait of a beautiful Spanish girl. Latin dances.


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

3 commentaires sur “One string