Obsession 4


Petit cul rouge

Il m’obsède ce petit cul rougeoyant sous la paume de l’invité, il m’obsède, je vous dis, jusqu’au fond de mes nuits. J’en oublie mon propre plaisir, mes propres douleurs, mes sens et la nudité contre le piano noir. J’oublie tout, je vous dis. Il ne reste que l’image de ses fesses, parcourues d’un lacet de satin noir. J’ai les sons qui m’excitent plus encore que ma peau. Et ses cheveux cachent son visage.

Tu as déjà vu, toi, la beauté attachée par les mains, au grès de sa propre volonté ? Connais-tu le clou qui maintient ses envies droites et silencieuses. Sais-tu le regard de l’homme qui prend les yeux par-dessus  son épaule lisse ?

Il y aura sur lit, les pornographies sages, et mes mains sur le cou de la princesse au corset rouge, mais je n’ai pas continué le long de ses puissances. Et le petit cul, derrière une fermeture éclair noir, parce que la pornographie c’est trois fois rien, une rondelle tendue et un doigt sur la prostate. Parce que c’est bon.


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

4 commentaires sur “Obsession