Les yeux d’huitre 8


Je voulais vous dire, monsieur, mon abandon, et, aussi, mes yeux plantés dans les vôtres quand viendra l’heure de la jouissance. Je voudrais vous dire ma pudeur et ma totale nudité, les yeux fuyants puis fermes. Fragile parfois, à fleur de peau et solide de chair arrimée, feulante comme douce à la bouche mordante. Je vous dévorerai tout nu.

 

 

Tableau de Nathalie Picoulet, maitre pastelliste 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “Les yeux d’huitre