Le mur est bleu 2


femme (2)

Je suis revenue dans ta ville. Elle sent le poisson le long des bittes. De l’autre côté, j’y ai pris la mer sous le soleil chaud. Il fait gris aujourd’hui, la rue grouille de monde et de bruits. De l’autre côté, la mer quittait le port pour la première fois de ma vie. C’est à la nage que tu rejoignis l’équipage mouillé dans la crique blanche. De l’autre côté du port, je te vois encore derrière la grille.

Je suis revenue, et de loin je te regarde m’envoyer un message. Il est revenu sans moi, une autre fois dans un autre jour. Et nos souvenirs distants s’entrechoquent dans les temps décalés. Tu attrapes mon bras et je sens la chaleur de ton corps, je voudrais te serrer dans mes bras, sentir l’odeur de ta peau, mais nos familles sont avec nous.

Dans l’ascenseur, je te montre la danseuse de mon t-shirt. Tu souris. La danseuse de tango est rouge, le tissu fluide est une excuse pour que tu caresses mon ventre. Ton mur est toujours aussi bleu, et ta fenêtre est toujours au-dessus des nuages. A peine quelques messages anodins, le musée ou la bague, disent les autres vies. Assise dans ton canapé, sur le tapis de jonc, je vois les culs d’hommes offerts, alors que j’étais absente. Nous parlons de la vie claire, mais je sens les sexes qui suent. Dans le canapé, ta cuisse frôle la mienne et j’ai envie de sucer ton sein.

« Elle est bonne ta navette, moelleuse. Ce n’est pas comme les dures qu’il faut sucer longtemps pour… » Ton œil gai m’arrête dans mon élan, je te souris en douce. « Sucer longtemps pour en obtenir quelque chose » ajoutes-tu. Dans l’eau, là-bas, nos bouches se mêlent sur le même sexe offert par le mage sans couronne.

Tu viendras me voir, dis ?

***

Piste pour l’auteur de cette photo : http://casandoembh.com.br/casamento-de-lorena-e-bruno/

Quelqu’un connait le photographe ?


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

2 commentaires sur “Le mur est bleu

  • Paul Auster

    Femme libre, toujours tu chériras la mer. Et les sirènes qui se glissent en ton eau, pour embrasser l’amer et les senteurs nacrées.
    Vos fragrances de sel mouillé et de sexes humides réveillent les marins qui sommeillent a peine en nos cœurs.