Le mot et la poésie 3


bd-jean-louis-touard

Vous avez envie d’une poésie, n’est-ce pas ? Une poésie avec des formes, des creux et des reins. Je voudrais être la poésie de vos envies, la poésie qui marche sur l’eau et prends soin de vos œufs. Les mots ne sont qu’un peu de pain dans un ravin pour nourrir des oiseaux perdus. Sous les pages bleues, les vers décorent les absurdes. Et soudain, l’émoi s’écrit frisson sur votre peau.

Ce n’était rien qu’envie, rien qu’un vit qui bât la mesure des cœurs perdus. Il fallait réduire à néant la mort, déchiqueter les peurs à coup de saveurs. Sur le vif, j’ai pensé que la pluie ne reviendrait jamais. Six ans, sans pluie, c’est déjà un miracle d’être fontaine. Sur le vit, j’ai souri de ma langue ardente. Sous mes paupières, l’espace entre la pupille et le réel est une mince couche de mirages frémissants. Sous ma langue, votre épaisseur me rappelle le sel et la peur d’être assujettie.

Sans penser je gobe vos œufs, je hume la peau granuleuse de vos précieux, car sous le plaisir je vous tiens à portée de papier épais. Épais, granuleux, rond et souple. Ma main caresse chaque grain de vos billets sensibles. A l’intérieur de votre recueil, deux boules rondes et argentées se meuvent sous ma paume fragile.

Au détour d’une ligne, je franchis celle de vos cuisses. Je courtise du doigt l’espace vierge, l’oublié du quotidien. Vous guettez mes audaces manuscrites, vous n’osez espérer que le verbe deviendra chair. Quelques mots encore, pour enfreindre le silence, quelques soupirs je quémande du bout de la langue. Après le point final, vous jouirez.

***

Illustration : Jean-Louis Thouard


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

3 commentaires sur “Le mot et la poésie

  • Paul Auster

    Superbe texte madame, de votre meilleure veine.
    Un trait comme un jet ( jet de quoi ? Euh…)
    Un texte de fulgurances. Le grand Paul A mon maître ne l’aurait pas renié, ni Anais.
    Merci!

  • MarieTopic Auteur de l’article

    @Paul : Eh bien, je suis flattée. Quant à vos jets, veuillez utiliser du sopalin, merci.

    @Jean : buvez-donc sans modération