Il commence bien ce porno 6


Elle aurait le statut de voyeuse. Et rien d’autre ! C’est une grande première pour elle, il faudra y aller en douceur. Rapidement une sorte de connivence s’établit entre nous. Elle est venue se caresser à moi, douce et imposante. Nos corps, l’un contre l’autre, s’apprivoisent. Je la laisse monter l’escalier la première, à quatre pattes et à son rythme.  Je suis confiante : entre elle et moi, tout se passera bien. Cependant, elle ne me parait pas très détendue, la nouveauté sans doute. Ce porno commence bien, n’est-il pas ?

Quand nous avons décidé de prendre un bain (dans une baignoire trop petite, les budgets des pornos n’étant plus ce qu’ils étaient, et le coût de la vie, ma petite dame, augmente plus vite que la taille des bites), elle a décidé ne pas nous rejoindre. Elle n’est pas trop trop bain, à ce qu’il parait. Elle se positionne en hauteur, s’allonge et matte la scène. Classique, un couple, trop de mousse, des seins cachés dedans, une main sur le clitoris sans oublier le robinet défonçant le dos de l’acteur. Depuis quand, il y aurait-il de vrai scénario ? Ah ! J’ai failli omettre l’ingrédient principal de toute scène de salle de bain qui se respecte (précision : s’il y a une douche, on appelle ça salle d’eau. C’est vrai, je l’ai appris dans chasseur d’appart sur M6): la fellation sur le bord de la baignoire. La voyeuse gémit. Elle se lève comme si elle voulait nous rejoindre, puis se ravise. Je ne parviens pas à saisir, si elle est jalouse, excitée ou inquiète. Pour un peu elle se masturberait comme une grosse cochonne rousse à gros nichons qui se fait enculer par un vieux (désolée pour ces mots trash, je mets un max de mots clefs pour les robots de référencement).

La suite se déroule sur le lit. De bonnes petites actions sexuelles qu’il ne sert à rien de décrire, non qu’elles fussent mauvaises, mais il n’est pas utile de resservir toujours le même plat (et c’est là qu’il faut se rendre à l’évidence : je n’ai pas les aptitudes à être productrice de porno où il faut sans cesse filmer les mêmes actes). Bref, me vl’à les pieds en l’air à gémir. Je tente de changer de position quand je sens le long de mon dos quelque chose de chaud. La voyeuse s’était installée sur le lit. Je ne peux lui en vouloir. Elle a envie d’être au plus près de l’action, de participer peut-être. Mais, c’était clair depuis le début ! Elle n’est pas là pour baiser avec nous !  Et, si elle pouvait éviter de me regarder avec des yeux de chien battu chaque fois que je commence à gémir, cela éviterait de couper mes élans (si j’avais dit me couper les cerfs, vous n’auriez rien compris). Enfin je me raisonne. Après tout, je suis personne ouverte d’esprit. Plus on est de fou plus on rit. Fi des généralités ! Au diable les conventions !

Scène trois. Sodomie sur le bord du lit (ça rime). Dame voyeuse est toujours affalée sur les draps bien qu’elle garde ses distances. Peu à peu, je l’oublie partie dans des envolées lyriques sur le sens profond de la sodomie. Han, han, bientôt je vais jouir. (Çà sonne un peu comme Martine à la ferme, mais je fais confiance à votre capacité d’érection d’imagination) Soudain, elle saute à quatre pattes, en grognant. Je sursaute ( sursauter aurait pu dire « être en Amazone » ou « se faire sauter par deux personnes » mais las, dans la présente phrase, il faut garder le sens premier à ce verbe d’action : « Avoir un brusque mouvement du corps sous l’effet d’une intense émotion, d’un sentiment de menace.« ) Je grimpe aux rideaux. De peur. Oui, il y a de vrais rideaux beige auxquels je m’agrippe. Couper !!!

Il fallait faire quelque chose. La voyeuse devenait dangereuse. Comment se débarrasser d’elle sans la vexer ? Comment continuer nos ébats sans risquer de se faire mordre ? C’est alors qu’il a l’idée de génie qui va sauver le film. Il l’appelle. Il attrape dans son sac une boîte conservée avec précaution. Auprès de son matelas de chienne, il dépose des croquettes.

***

Illustration : Apollonia st clair


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “Il commence bien ce porno