Fétichiste de chaussures d’hommes 10


2014-09-19-14-05-29_deco

10 ordres pour devenir un-e authentique fétichiste de chaussures masculines

Prescription : Appliquer avec précision les ordres de votre conseillère personnelle, à raison d’une dose par jour à renouveler toutes les cinq minutes.

1. Achetez des chaussures

Pas des baskets, même des baskets à 50 000 dollars. Non, des chaussures en cuir, des secondes peaux dans lequelles vous chausserez toute votre virilité (si vous êtes un homme), tout votre livret d’assurance vie (si vous êtes pauvre), la moitié du prix de votre vol en hélico (si vous étalez des actions à l’huile de palme sur votre pain blanc). Les bottes de motards sont autorisées si vous faites de la moto. Les baskets en cuir sont tolérées. Quant aux chaussures de sécurité, rappelez-vous du précieux conseil en anglais commençant par Zob et finissant par job

2. Jetez vos tongs

A la poubelle. Il n’y aucune alternative (même pour le petit malin qui m’a envoyé cette photo)

3. Promenez-vous dans les rayons

Faites des cures régulières de rayons de chaussures hommes (comme les cures de propolis et de miel de rayon). Respirez l’odeur du cuir neuf; rincez-vous l’œil sur leurs formes sublimes ; imaginez le moment où elles traineront dans une chambre et où nous les remarquerons, enfin, nus et heureux.  Pour tout vous dire, ce ne sont pas forcément les chaussures les plus chères qui me plaisent. C’est leur ligne racée comme celle d’une voiture ou d’une sculpture de Pompom qui m’importent le plus. Leur légèreté et leur confort sont essentiels. A ce propos, je suis frappée par certaines paires de chaussures : elles sont si lourdes qu’elles doivent vous déformer le dos aussi surement qu’une paire d’escarpins aux talons de 12 cm (taille moyenne de… non, ce n’est pas l’objet de cet article)

4. Oubliez vos superbes chaussure 15 ans d’âge

Il n’y a que le whisky, le vin et le comté qui ont le droit de vieillir en cave. Pas vos godasses.

5. Changez vos lacets

Des lacets bleus, et hop! vos tristes-chaussures-de-banquier-du-réseau-d’agences-de-province deviennent de rutilantes attrape-l’œil.

6. Cirez-les

No comment.

Enfin si. Dans le TGV des costumes cravates qui vont à Paris, la minoterie à procédures, dès potron-minet, j’ai vu – oui ma petite dame de mes propres yeux – des pantalons noirs juchés sur des chaussures PAS cirées ayant trainées tout le week-end dans la cave à charbon. Je ne vous le dirai jamais assez : les chaussures ne se conservent pas à la cave. (Par contre,  elles peuvent permettre d’y descendre *raclement de gorge grinçant*)

7. Posez-les

… sur le perron, avec vous dedans, pour m’accueillir. Croisez-les tandis que vous me servez du champagne (du bon, hein) ou du jus de fraise bio. Laissez-moi vous les délacer. Ne les rangez-pas l’une à côté de l’autre, vous pourriez passer pour un maniaque relou.

8. Ne sautillez pas

… debout, une main tentant de délacer vos chaussures, une autre tentant de garder l’équilibre alors que votre pantalon est sur vos chevilles. Asseyez-vous, et peut-être que j’essayerai de vous déconcentrer d’un coup de langue joueur… peut-être…

9. Assortissez-les

… à votre fouet, à votre jeans, à votre gueule d’ange, à votre désir, à votre plug mais pas à votre cravate (je radote grave sur ce blog, mais je n’aime pas les cravates sauf quand c’est moi qui la porte. Et que PERSONNE ne pense à celle du notaire !). Il existe même des chaussures de couleur pour les plus téméraires <3

10. Faites-moi fantasmer

… quand je serai nue sur mes talons rouges, quand je serai à quatre pattes, quand je vous croiserai dans l’ascenseur, quand je vous materai dans le métro, je veux briller de plaisir devant vos chaussures. Dès que vous franchirez le pas de la porte, sachez que je vous aurais regardé droit dans les chaussures, en quelques infimes secondes.

***

Pour cette chronique, je tiens à remercier les contributeurs anonymes des rues et des champs, les amants qui ont pris soin de choisir leur paire, les hommes qui ont ravis mes yeux.

PS : Si le passager du TGV n°69099876412, aux mocassins bordeaux, odorants, défoncés et ôtés durant le trajet, me lit, il est prié de procéder autrement la prochaine fois. Dans le cas contraire, je me verrai obligé de changer de place, comme la dernière fois.

PS2 : Quelqu’un peut-il expliquer aux artistes (peintres, metteur en scène, etc) que les baskets en toiles, même bleues ou rouges, c’est anti-sexe ?

PS3 : Je recycle l’illustration de ce billet. Elle est le fruit de mes rapines dans le TGV. (Précision je n’ai chopé que les chaussures du mec, pas ce qui va avec)

PS4 : (non tu ne joueras pas avec) Sur ce blog, on trouve le mot chaussures dans 27 billets sur 201, soit 13,43% de mon écriture. Je ne suis pas aussi timbrée que je le croyais.


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

10 commentaires sur “Fétichiste de chaussures d’hommes

  • Emmanuel Créateur

    Deux erreurs à mon goût de fétichiste avéré et reconnu par mes paires ^_^ :

    – baskets en cuir ! Quelle horreur, impardonnable autant assumer avec des baskets fluo. Pourquoi des derby noires tant qu’on y est (faute de goût ultime chez certains passionnés)

    – la vieille godasse : tout dépend de la godasse. Une chaussure cousue main avec de belles peaux, des Lobb par exemple, correctement entretenue (embauchoirs, crème, cire, …) durera toute une voir plus (avec un ressemelage tous les 10/15 ans). Et la patine naturelle les rendra encore plus belle, il sera toujours possible de les refaire patiner à son goût sinon.

  • Cyremad

    Je ne puis qu’agréer aux propos tenus dans ce billet.
    Bien sûr, j’ai ma part d’ombre dans laquelle je cache maladroitement baskets diverses et tongs estivales.
    Mais je tiens à affirmer avec force que :
    – des chaussures sont nécessairement en cuir
    – conséquence de l’affirmation ci-dessus, les chaussures se cirent
    – conséquence de l’affirmation ci-dessus, le soin des chaussures passe par l’alternance : on ne se chausse pas deux jours de suite avec la même paire.

    Voilà, c’est tout pour moi !

  • Equilibre

    J’ai une paire de boots Alden en cordovan qui ont bien 15 ans d’âge! Comme le dit Emmanuel Créateur, il y a des Lobb ou de C&J qui peuvent être magnifique si entretenues. De plus les formes d’une autre époques sont bien plus jolies que les trucs pointus d’aujourd’hui. Des chaussures se crèment si vous voulez vraiment entretenir le cuir, le cirage c’est uniquement pour la protection. Et de belles chaussures ont un cousus GoodYear, gage de qualité.
    Ajouté à cela un joli glaçage sur le bout dur et elles seront parfaite! :)

  • xaddict

    Il faut bien que je me confesse, que j’avoue afin d’expier le plus insensé des crimes. Madame, je vous dis tout, en vrac et sans masque: Je m’occupe peu de mes chaussures. Elles sont propres, et les lacets en bon état, elles ne sont pas déformées. Propre mais assez peu cirées. Voila mes aveux sont faits, et je suis prêt a recevoir le châtiment mérité. D’ailleurs afin d’espérer un impossible pardon de votre part, je vais de ce pas les frotter, cirer et polisher comme si elles étaient des pierres précieuses.

  • MarieTopic Auteur de l’article

    @Emmanuel : Je ne suis pas une fétichiste qui s’attache aux détails mais aux sensations. Il est de belles baskets en cuir à mes yeux d’amatrice éclairée. Pour la vieille godasse, ce que je n’aime pas c’est que le style a vieilli. Ou peut-être ce que je n’aime pas, c’est ce geste de conserver et entretenir, représente à mes yeux un conservatisme et attachement aux choses matérielles. Curieuse fétichiste que je suis qui aime les objets mais n’aime pas l’attachement aux objets. En tout cas, j’admire votre précision fétichiste.

    @Cyremad : j’aime aussi votre part d’ombre :))

    @Equilibre : vous me donnez presque envie de vieilles godasses (Comment ? je ne suis pas logique avec ce que j’ai dit à Emmanuel ? Oui, j’assume, mes différentes facettes)

    @Casualito : nan, mais en vrai je me promène pied nu le plus souvent possible

    @Xaddict : n’oubliez pas de mettre votre plug avant de cirer vos chaussures

    @MarieH2o : merci et bisous ma belle

  • Paul Auster

    Cet enseignement essentiel augmente mon stress pré-opérationnel … Il faudra que je songe à deux choses, ces prochains jours :
    – changer plus souvent de paire; l’ennui peut naître un jour de la monotonie, dit elle entre les mots;
    – surveiller les yeux de mes belles dans les premières secondes : Ont elles plongé le regard vers le sol? Par modestie, timidité? Concupiscence (mâle stupide qui ne pense qu’à la fierté de ta bosse dans le pantalon pfff)? Ou bien pour valider l’érotisme de mes pompes!!!

    L’odeur du cuir ciré rejoint dans mon cerveau celle des vieux harnais huilés dont le paysan de mon enfance habillait son lourd percheron pour le labeur. La queue superbe de l’animal passait au-dessus d’une large sangle qui l’enserrait pour balayer les mouches en un mouvement nonchalant. Sardine, tu aurais adorée! Pas une pratiquante des jeux de cuir n’atteint a mes yeux le potentiel érotique de la croupe de cette jument de trait sous le réseau complexe de son harnachement ! (-))

  • Otto des Rizions

    Il me serait difficile d’abandonner ces chaussures anglaises noires achetées il y a plus 25 ans à Londres lorsque cette ville n’était pas encore si liée aux dérives du capitalisme financier. Leurs rides les rendent encore plus belles. Des magiciens les ont ressemelées, que ce soit au Mexique, au Vietnam ou au Brésil, des pays où de vrais cordonniers (Mexique surtout) existent encore. La partie intérieure (cuir fauve) se détériore légèrement au risque de choquer quelques puristes qu’importe…
    Par contre je reconnais être indécis sur ces chaussures italiennes achetées à Turin, il y a quarante ans (photo sur demande).
    Il y a aussi de très belles chaussures sans lacets, bien pratique lorsqu’on fréquente les aéroports.
    (ouf, je ne porte jamais de cravate) :-)