Essence de voyage 5


my_bed_lit_tracey_emin-L

Ce matin, en défaisant ma valise (mes valises trainent des jours entiers, éventrées, en attente sur une chaise – j’y pioche au fur et à mesure les objets que le quotidien m’oblige à utiliser- comme pour prolonger le voyage et ne jamais le ranger tout à fait, jusqu’à la prochaine échappée), ce matin, donc, dans un excès de conformisme aux prescriptions du bien-ordonné, j’ai voulu mettre à laver ce t-shirt qui couvre à peine mes seins les nuits nues.

J’ai commis une grossière erreur, de celle des débutants en amours lointains ou de celle des rebelles aux classements : j’ai porté à mes narines ce morceau de tissu gris aux paillettes racoleuses. Il y avait ton parfum, essence rare, il y avait ta peau, essence précieuse, il y avait les souvenirs évanescents. J’ai inspiré la vie, le manque, l’espoir, le bonheur.  Le rangement s’est sauvé, mon cœur éperdu. J’ai laissé la valise ouverte, le t-shirt à l’intérieur.


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

5 commentaires sur “Essence de voyage