D’aigre à doux


A force d’être entre deux chaises, mon cul s’élargit. Il faut tenir la chèvre et la bite, le choux et la chatte et y plonger les doigts profonds. Il s’agrandit à en pleurer les soirs de revenants. Au sommet de la mer, je pensais à tous les culs visités et aux vierges en pleurs. Combien de stations s’égrèneneront  sur mon chemin de croix ?

Au sommet du monde bleu, la douceur virevolte dans l’air salé. Pourquoi les gabians me ramènent des coquelicots fanés ? Nos chaussures posées sur le mur de pierre, nous rendent invincibles au temps qui trépasse un jour une heure trop vite. De l’autre côté de la mer, j’ai enterré autant de souvenirs que les vies d’une chatte. Les petits que nous n’auront jamais sifflent que la vie est infinie. Pauvres innocents au plumage gris. Je ne sais pas ce qu’il y a au-delà de ta ligne d’horizon. Je ne sais même pas ce qu’il y a sur ta rive. Ce matin, nous n’avons pas eu le temps de sucer ta navette pour en faire jaillir l’eau de fleur d’oranger.

Sur la colline aux arbres éparses, dans la maison de cette colline, là où les robes furent toutes identiques, la salle à manger irradiait de blanc. Je m’ennuyais. Un jeune garçon roux est venu s’assoir à côté de moi. Je ne savais pas pourquoi. Ni pourquoi ses yeux se coloraient. Il était plus jeune. Il ne disait rien et j’étais une cougar de 15 ans. Et je n’en savais rien. Ni de son sexe ni du mien ni du sexe ni des liens.

Je ferme les yeux tandis qu’elle chante. Les concerts se dégustent sous paupière clause alors que les lumières dansent au bout de leur fils. J’aime ta main qui effleure mon dos, ta présence qui essaime des fleurs et la douceur de tes silences. J’aime quand ta main s’égare sur mon cul, rapide comme une chatte, souple de désir. J’aime que tu me laisses vivre à ma manière.  J’aime que tes collines sentent la pinède chaude et que ton sexe ait le goût puissant du matin. J’aime avoir les pieds nus sur la table basse, à côté des tiens, pour parler des tentes et de chemises vertes où s’évanouissent les folies parentales. Sur le canapé moelleux, à côté de ton cul, je suis à la meilleure place.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *