Fougue


Les sexes 1

L’instinct habitait la chair, et la chair était belle. L’instinct demandait sa part du Lion, et le Lion arrachait la cage. De vêtements, il n’en était point. De pommes mordantes, il n’y avait pas tant. De nudité, ils étaient. La chair montait en parfum, du sexe à la source, de la source à la queue, l’animal sentait le musc. Ma  bouche sur ton corps, ma bouche à ton cou, mon cou en arrière et des soupirs plein les poches. Mes mains partout, sans chemise ni rien du tout. Nu. Je te veux. Salive à la rondelle. Ongles courts. Poils ras. Chienne de salon pour la minute. Cochon pour la farce. […]


Route 69 2

Rond point, food truck, ça claque comme une levrette, ça rappelle la faim, ça ouvre les papillons, je veux un sexe au fond. Rap dans la caisse, le rythme, garde le rythme, celui fait jouir, je veux le plafond, je veux le feu d’artifice, pousse au fond sans armistice. Feu rouge, je passe la main sur ton sexe épais, désir à travers la toile du pantalon. J’y pose la paume, appuie  ton toi, je veux tout cela, avidité. Je passe la main, le feu passe au vert. Stop rouge, j’attends que passe l’envie, mais repasse le train. Prends-moi, pas la main, prends-moi dedans. Klaxon, on bouge ? Dos d’âne, monté […]


Chanson. Les hommes que j’aime

C’est une chance inouïe que JeF soit tombé in love d’un de mes textes. JeF c’est un artiste musicien, né dans un violon et devenu grand en guitare. Vous pouvez découvrir son site ici. Il m’a proposé de mettre « les hommes que j’aime» en musique, et j’ai répondu oui avec enthousiasme ! Que mes mots chantent, c’était un de mes plus vieux rêves !  Je vous laisse découvrir… Texte initial : Les hommes que j’aime


Ranchero 1

Il m’a mis sur les rails, les jambes écartées. Il m’a attachée au poteau, les jambes écartelées. Certains voyages ne sont pas organisés. J’étais sur une glissière et je ne pouvais plus bouger, presque plus. Je l’ai regardé tourner autour de moi, des sangles au bout des bras. J’ai entendu les accroches de fer. J’ai senti le cuir qui enserre. J’ai soupiré aux enfers proches. Les murs sont rouges, soudain le noir. La lumière passe par six petits trous. Ce sont des phares auxquels je me cramponne. Ils me rappellent que dehors existe encore. Ils laissent passer l’air frais et laisse filer l’air vicié. L’étau se resserre, les lacets évacue […]