Fantasmes


Barbe aux seins 1

Les yeux sourire, je passe la main dans cette barbe. Toute la réunion, je l’ai regardé, triturée par une main routinière. C’est un petit geste de rien. Les doigts s’ouvrent, se glissent dans les poils grisonnant, se referment et remontent vers le menton. Ce petit jeu continue tant que ses yeux sont rivés sur des consonnes sans queue ni tête. Les yeux fermés, je laisse descendre cette voix profonde dans les méandres de mes convoitises. Elle se coule entre mes seins, contourne mon nombril, sursaute le pli de mon ventre, soupire les lèvres, caressent les poils, se glisse tout au bout. La voix raconte des trucs imbitables. La voix est […]


Consultation 4

– Entrez je vous prie. Ne vous asseyez pas. Vous êtes venu pour quoi ? – Perdre du poids – Bien. Combien voulez-vous  perdre ? – Huit kilos – Si vous êtes arrivé jusqu’ici c’est qu’on vous a recommandé mon traitement – Oui – Êtes-vous vraiment motivé ? Ne répondez pas, nous le verrons au cours du traitement. Les faits parlent d’eux-mêmes. Vous disiez huit kilos ? Vous en prendrez deux par kilos puis chaque fois que vous perdez un kilo nous diminuerons la dose de deux. Si vous prenez du poids ce sera un par cent gramme pris. Est-ce que cela vous va ? – Oui – Bien, déshabillez-vous […]


Maman les petits bateaux 6

Ce n’est pas mon physique que je donne, c’est l’intensité. Ce n’est pas ta queue que je prends, c’est ton âme aussi. Les filles étaient trop belles, et mes kilos collés, des grossesses et toutes ces choses qui font que le regard des hommes ripent ailleurs. Pieds nus j’étais, pieds sur le parquet, pieds contre le tapis. Pieds nus, tu ne savais que sous la peau transparente, il y a les mots sur écran. Pieds nus, tu ne savais qu’il suffit de réveiller le fauve. Nous avons mouillé dans une crique. Première fois que je sors du port avec toi, avec un seul homme, avec les voiliers du challenge et […]


Détends-moi, un peu, beaucoup, à l’eau 3

Prends-moi là comme ça. Je suis stressée, si stressée, deux nuits que je ne dors pas, deux nuits que le cerveau tourne sans fin. J’ai faim, calme-moi, prends- moi. Viens dans la chambre, viens j’enlève ma culotte, approche-toi, non sans fioritures, sans caresse dans mon cou, sans rien du tout. Ne m’embrasse pas tout le corps. Garde les baisers pour les jours doux. Garde des lèvres pour ma peau aimante des jours sereins. Donne-toi que je fasse sortir la force, que ta promesse expire de sa cachette rétrécie, petite tortue au repos. Viens, mon Pinocchio, raconte-toi des mensonges silencieux, fais ce que tu veux, mais bande vite. Merci. Je suis […]