Émoi


Fauve et noir 3

Féline en pot, immobile chasseuse sous l’arbre des tropiques, elle est miniature dans un appartement. Ses seins s’épanouissent lorsqu’elle enlève son débardeur noir. Quelque chose me chatouille la narine, obsédante sensation, délivrance impossible. Quand j’ai pu parler, la féline m’a gratté le nez de ses ongles. Oh l’intense plaisir ! Félin gris ramène sa proie, il est jaloux, dirait-on. Pauvre oiseaux capturé, pauvre ingénu, la féline lui défend d’attraper les innocents. Elle balaye les plumes, à demi-nue, tandis que mes pieds attendent au sol. Sous la ceinture bleue, je plonge, innocente capture. Il y avait cet homme dans le train qui a fini sa course dans la malle d’une voiture. […]


Tempo 2

Les yeux posés sur tes doigts, je me souviens de tes mots, de tes gros mots sales, ta bouche à mon oreille, ta chair contre la mienne et l’odeur de musc entre nous. Ma passion, tu es ma passion éternelle, entière, présente, pas toujours pour toujours. Je regarde les boutons de ta chemise bleue. Je sais ta peau en-dessous, ma bouche encore s’y perd au creux de ton cou. Te souviens-tu de la deuxième heure de nous ? *** Illustration Rita Renoir Jeux d’écriture  cinq phrases pour parler d’amour avec lavoixdesamoureux. 


Hommage à Jacques

Il disait le prénom d’une femme et j’ai répondu l’idée d’un rosier. Au dernier repas avant le coton qui enserre le sexe, noirs étaient nos liens. Pas comme tu le penses, comme la vie se danse. Tremble le torse, les dents sur le téton libre, tremble de plaisirs. A travers le hublot du train, j’ai dit au revoir au deuxième étage, tu me l’avais demandé. Pourquoi bander des yeux verts ? Pourquoi bander ? Je voudrais que tu sois le roi de ma colline aux heures où le soleil te caresse la terre brune. Je serais ta vestale, perchée dans les tensions de tes mains. Mes larmes ôteront l’apprêt de […]


Simple sexe 4

A nouveau, le sexe sera joyeux. Et le don de ma chair et le don de ta peau, et les baisers au coin des murs et l’ardeur contre le mur. A nouveau le sexe sera simple comme un bon jour. Je caresserai la paume de ma main tout contre ta bandaison. Le chemin vers ton sexe est simple comme l’amour. Être moi contre toi. Mes seins contre ton torse. Je boirai la lumière de tes yeux, ton désir et ce petit plus. Appuyée sur le mur, je poserai un baiser dans ton cou tiède. Ton odeur sera encore celle de la douche, à peine de celle de ta peau. Mon […]