Au boulot


Jeunes hommes 1

Debout, il ramasse sa trousse et la fourre dans son sac à dos. Il ne ressemble à rien. Disons à rien de précis. Non à rien, selon les critères de beauté moderne que nous ingurgitons sans même y prendre garde. Vingt-ans plus tôt, je ne lui aurais jeter ni un œil ni une langue au chat. Rien. Il est là devant moi et il me trouble. Il consulte l’agenda  de son voisin. Des mains simples. Une tête ronde sans relief particulier. Un vêtement banal. Une paire de basket. Jeune, deux fois plus jeune que moi. Vif et droit. Mes yeux sans cesse reviennent vers lui sans comprendre. Pas de corps […]


Trouble dans la robe 2

A nouveau, au détour du couloir, nous nous croisons. Cette fois, c’est vous qui m’avez remarqué,  bien avant que je ne le fasse. Je téléphone. Robe corail, veste en jeans, gouttes ouverte sur mes seins, converse. Je parle, les yeux ailleurs. Votre regard sur moi, je le sens, puissant. Nos yeux se croisent. Trouble dans ma robe. Yeux profonds et foncés, large, poilu, look choisi, vous me plaisez c’est ainsi. Ce matin, j’ai pensé à vous en choisissant mes vêtements. Cette idée est troublante. Pourquoi vient-elle s’insinuer entre une robe et un pantalon ? Que venez-vous faire dans mes ablutions du petit jour ? Ce matin-là, je ne vous verrai […]


Le pouce vert

Il faisait chaud d’ennui et de canicule naissante. Assise à côté de moi, ma jolie cheffe en robe noire, aux orteils si rouge, aux chaussures noires, à la bretelle de soutien-gorge assorti aux ongles. « Parfaite, trop parfaite, ne sais pas jouir ». Mon cerveau produit parfois de grosses bêtises, surtout quand il s’ennuie ferme en réunion. Il faisait chaud, et même mon téléphone ne me procurait aucune distraction intéressante. Les vitres de la salle sont floutées , les rêveries ne peuvent pas s’ébattre dans la nature. Quelques chaises plus loin, un collègue prend la parole. Il est plutôt sympa, plutôt intelligent et très libre dans sa tête. Il bosse bien et […]


Décolleté en réunion 7

Votre bouton de chemise monsieur 9h17. Alors que je tripote mon téléphone maugréant contre ces bouchons qui retarde les participants, je surprends une envie de réunion à n’en plus finir afin de savourer cette large chaise accueillante où se lovent mes fesses. Je suis face aux fenêtres, en cas d’urgence à rêver. Cafés, thé pour moi. Ils papotent développement de licences tandis que je savoure, silencieuse, la vue sur les toits et cette chaise moelleuse. 9h23. Deux boutons s’entrouvrent sur une peau, un torse, des poils. Deux boutons c’est trop. Vous êtes en retard, comme tous les autres. Un jeans,  une veste,  une chemise blanche, et votre cartable de cuir […]