Cap


Ses lèvres baisent mon poignet où  la mer se noue à plat. Élégance du cœur.  La vie est à portée de bouche au-delà des origines. D’autres caps au loin, comme autant de grands vents sur les îles. L’histoire s’apaise sans en rien savoir. J’ai basculé en sa peau, terre promise sans promesses. Vague de draps bleus

Devant les draps propres, j’ai ressenti le vide. Dans l’espace, il a semé des traces dont la présence signale son absence. Au dessus des tubes de métal, une serviette blanche pliée en quatre, susurre l’eau qui couru sur son corps. Même le rouleau neuf de papier toilette raconte qu’il est venu et qu’il a déposé ainsi, à l’envers de moi. Au coin du canapé, j’ai revu la femme de salade et l’escargot de l’homme, pieds nus sur du papier beige.  Dans l’évier, deux assiettes attendent que j’efface les traces de crème au citron. Deux mugs soupirent d’aise auprès de la bouilloire. Même la lumière du placard éclaire encore les mots qu’il a déposé au creux de la journée. Les draps  dessinent le haro des jouissances douces. Tout au creux de ma paume, tressaute son sexe heureux. Il pose sa tête tout contre mes seins. Doux.

D’autres crient à ma porte et voudraient pousser ma sonnette. Ils voudraient voir à nouveau mes reins saisirent la lumière. Ils souhaitent entendre mes azurs. Ils se noieraient bien dans les parfums forts des sexes sans pudeur. Pour les instants, je dépose leur nom dans un coin de mon téléphone. Ils restent au chaud, un ou deux des temps anciens.

Ma chambre respire les sucs acres des doigts sûrs et égarés aux tréfonds. Il a prononcé un mot au cœur de son silence, et j’ai continué enfin. Là pulpe le plaisir. Là pulse  les soupirs. Je suis un sous-marin qui doit tenir le cap sous la pression de ses abysses. Je peste contre la nature qui m’a fait le majeur trop court. Il frémit. Je ne lacherai rien, hurle ma révolution ! Je tiens le chenal fermement. Il tressaille.  

Le drap est tiède sous mon ventre chaud d’une nuit partagée. La chemise de nuit rose est remontée sur mes fesses nues. Entre les lueurs du matin, je réclamais, silencieuse, de tendres attentions. Il s’en pris à mon cul. Il a visité mon musée par l’entrée des artistes. Il a fouillé dans mes bagages. Il a fait passer mes entrailles au détecteur de plaisirs. J’ai joui. 

***

Illustration : petite luxure

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *