Barbe aux seins 1


Les yeux sourire, je passe la main dans cette barbe. Toute la réunion, je l’ai regardé, triturée par une main routinière. C’est un petit geste de rien. Les doigts s’ouvrent, se glissent dans les poils grisonnant, se referment et remontent vers le menton. Ce petit jeu continue tant que ses yeux sont rivés sur des consonnes sans queue ni tête.

Les yeux fermés, je laisse descendre cette voix profonde dans les méandres de mes convoitises. Elle se coule entre mes seins, contourne mon nombril, sursaute le pli de mon ventre, soupire les lèvres, caressent les poils, se glisse tout au bout. La voix raconte des trucs imbitables. La voix est chaude, braise d’une après-midi floutée dans une cage vitrée. Les roulettes de mon fauteuil vibrent de plaisir sous la tessiture ultra basse (le lexique dit : Les hommes au registre très grave chantent en basses profondes (ou « nobles »). On les retrouve dans la musique slave.)

Les yeux indécents, sous le jeans, ce plat pourrait-il devenir droite dure ? Je ne peux le savoir. Ce jean est si plat, ce cul est si plat, ce torse si long, cette barbe si grise. Soudain, je détourne les yeux de peur que quelqu’un aperçoive ma prospection avide.

Plantée dans ses pupilles, je provoque la sentence. Qu’elle est douce cette barbe ! Ne faites pas mentir votre t-shirt, monsieur. Je veux vos mains sur mes seins, je veux qu’ils bandent dur. La chair de poule dessine mes clameurs muettes. Venez  caresser votre barbue à mes cuisses. Venez mêlez vos poils aux miens. Je voudrais perler sur la grisaille de votre menton.

Parlez. Racontez-moi vos fantasmes à l’oreille tandis que votre sexe dévore mes pensées. Dites-moi encore les autres qui regardent, ou la femme nue qui lèche vos arrondis. Dites que vous voulez que je mette les doigts partout. Prenez des libertés de ton. Ma poitrine trésaille. Que vos lèvres susurrent des insanités. Je vous en supplie, prenez-moi dans vos cordes vocales. Déchirez les conventions tripartites. Ébranlez les ordres de mission. Explosez mes failles à coup de langue agile. Que votre voix ensorcèle les cages opaques !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Barbe aux seins