Archives du mois : juin 2016


Nature mouillée 2

Assise sur le tapis jaune, par la baie vitrée je soupire les gouttes qui restent accrochées au ciel gris. Il fait si vert que ce n’est pas l’hiver. L’herbe patiente, les tiges roses  penchent, courbées sous la douceur de la pluie. Alain chante pour le silence. Le vent caresse les feuilles aux verts d’argent. Elles frissonnent de désirs, se laissent prendre par le souffle tiède de l’invisible concupiscence. Les rameaux s’agitent et des flaques de plaisir s’écoulent jusqu’aux sols fécondés. Une balle, attachée pour amuser les nouveaux nés doux, est le pendule des longues heures vivantes. La vieille table s’effrite sous l’eau, l’immobile création humaine. Alain défonce encore l’humide pensée. […]


Sans halte 6

Il y aurait encore le parquet sonore et le son du piano grave la voix de l’homme le désir à même les peaux mon sexe contre le vôtre se perd de soupirs sexes nus l’étape votre gland contre mes lèvres pas encore ce n’est pas le temps des ébats si loin Contre la table peut-être le lit c’est la dernière halte de repos celle des couples le salon c’est au début je dis tout cela mais c’est faux dans ma tête je vais du lit à la nuit sans être mariée ni même avoir envie de couple. C’est étrange toutes les saveurs de votre sexe mouillé sur le coin de […]


Trousser bagage 1

Derrière le rideau de pluie, tu t’en iras. Déjà parti, ton sexe en rut jamais ne s’arrêtera aux frontières des âges. Nous étions en transit, bagages posés dans l’aérogare mauve. Le ciel était vert de jalousie, l’été bientôt s’éteint. Ton vol part à l’ouest, et moi je n’ai pas encore choisi mon terminal, ni même la correspondance. Je n’ai pas  de billet en poche, tu m’a donné l’obole et les pagodes ramenées de là-bas. J’ai embrassé ta vie sur un coup de roulettes russes. J’ai voyagé, aussi. Il y avait des fêlures dans le cuir de nos cœurs. Nous avons rempli la vie de fleurs sauvages, là-haut dans les nuages […]


Maman les petits bateaux 6

Ce n’est pas mon physique que je donne, c’est l’intensité. Ce n’est pas ta queue que je prends, c’est ton âme aussi. Les filles étaient trop belles, et mes kilos collés, des grossesses et toutes ces choses qui font que le regard des hommes ripent ailleurs. Pieds nus j’étais, pieds sur le parquet, pieds contre le tapis. Pieds nus, tu ne savais que sous la peau transparente, il y a les mots sur écran. Pieds nus, tu ne savais qu’il suffit de réveiller le fauve. Nous avons mouillé dans une crique. Première fois que je sors du port avec toi, avec un seul homme, avec les voiliers du challenge et […]