Archives de l’année : 2014


Lêche vitrine 8

Les vitrines scintillaient, la rue bruissait, les plots ravissaient les enfants qui sautaient de l’un à l’autre. Entre les murs étroits de cette ruelle blanche, des guirlandes donnaient le ton de la fête. L’air était sec et perçant. L’insouciance se conjuguait à l’espoir de goûter aux juteux fruits confis baignés dans cinq, six ou sept sirops de sucre. Juste après Noël. Il y a un an. Je passe devant une boutique d’objets en cuir, la tête tout à la joie de flâner. J’y attarde mes yeux pour le plaisir de ce cuir, pour la beauté des objets et par habitude d’aimer toutes ces sensations. Souple ou épais, granuleux ou lisse. […]


Double J 6

    C’était une chambre avec vue sur grue, c’était trois corps et un double masculin, c’était mon doigt qui bataillait en toi pour tenir le fortin jusqu’à ce que tu rendes les armes, c’était mes jambes écartées qui campaient sur leurs positions. Et toi qui nous regardais. Là-bas, sur le quai de gare, nous avions perdu l’anonymat de nos visages. Comme avec toi. Nous avions déjeuné. Comme avec toi. Nous n’avons pas monté de tour. J’ai ôté mes chaussures noires pour les remettre. Les mêmes chaussures plates, les mêmes chaussures rouges. Je suis à la fenêtre pour contempler la ville. Comme avec toi. Ici, je suis nue et j’ai […]


Pour sûr 23

Aujourd’hui où mes paroles restent des déserts sans échos, aujourd’hui, je sais que nous avons achevé la toile. Nous avons apposés la signature sur le même élan de chair. Ta peau est tout entière contre la mienne, tes mots me prennent le cerveau, tes mots dans mon sexe en live, ta bouche dévore mon souffle. La prochaine fois, dis-tu, la prochaine fois, tu seras au-dessus de moi, je verrais tes yeux la prochaine fois, et il y aura un autre mec qui te prendra par derrière, on sera deux en toi, la prochaine fois tu penseras à moi quand un autre te prendra, la prochaine fois. Et moi, moi je […]


Brève de plumard 7

6h30, la lumière peine à passer entre la fente du volet. Les draps sont blancs et froissés. Sous la table de nuit, un verre de vin plein à un tiers, tient la chandelle. Les téléphones, posés sur la tablette longeant la chambre, se sont rechargés toute la nuit. Les vêtements sont mélangés sur un fauteuil, sans distinction de genre et dans un ordre peu conventionnel. –        J’ai envie de toi –        *baille* … mmm’ouais, euh… pffff … * s’étire * –       bah, c’est nature comme réponse –        Ah mais, là je suis fermée et sèche. –        *passe la main*, mouhaha, tu es trempée * passe la queue en glissade coulissante* […]