10 orgasmes du périnée (masculin ) 11


orgasmes

10 leçons de choses sur le périnée : chemin souple vers l’orgasme

 Incursion en territoire méconnu : le périnée masculin

 

1. Le périnée est un quasi-inconnu

Comme ceux avec qui tu papotes sur la toile sans avoir jamais vu leur visage, et que tu découvres en 3D devant un café (va pour une bière). On pourrait le comparer aussi à l’air que tu respires, ce  putain d’air que tu n’as jamais vu, dont on te rabâche les oreilles. Tu ne peux que repérer ses traces, en regardant  la poussière qui tournoie dans un rayon de soleil. Je te rassure, le périnée est bien plus facile à aborder que des inconnus, plus facile à apercevoir que l’air insaisissable.

2. Le périnée n’est pas

… seulement un plancher pelvien qu’il faut remuscler après l’accouchement, à coup d’exercices inhumains. Je t’explique : il faut enserrer, de nos fabuleux muscles vaginaux, une sonde atroce en forme sextoys (même pas vibrant), sous peine de descente d’organes. T’as vu comme je maitrise grave  le discours médialo-culapibilsant. HEY les mecs ( je m’adresse aux dégoutés) restez encore un peu. Le plaisir est à venir !

… seulement un muscle qui permet à l’homme de retenir son éjaculation ou de gérer son érection. Il existe même des exercices pour renforcer le périnée chez l’homme. Le périnée peut être mis à rude épreuve, par une pratique intensive de sport, par exemple. Toutefois, un périnée trop musclé pourrait devenir rigide et ne plus procurer de plaisir. Raaah, ce n’est pas simple cette affaire !

3. Le périnée est masculin

SI SI. Et même que les hommes en ont un ! Et même si périnée finit par «ée» ! Il parait même que la taille du périnée dépend du taux d’hormones auxquelles fut soumis le fœtus, notamment la testostérone. Attends, ne pars pas encore : On a montré qu’une distance ano-génitale plus petite était un signe de féminisation des rongeurs mâles.[2] NON ! Toi le mâle ne prends pas ta règle pour  mesurer la taille de ton périnée,  dans des contorsions ridicules.

4. Le périnée est une zone de plaisir

Flute (aucun jeu de mot krkrkr) j’ai déjà spoilé la fin de cette liste ! Oui le périnée est une magnifique base arrière de plaisir, où la langue peut s’attarder avec langueur et volupté jusqu’à provoquer un plaisir inoubliable. Avec le plat de la langue, ou du bout du doigt, remonte la distance urino-génitale, et tu verras ton partenaire sourire (et plus si).

On dit parfois que le point G de l’homme se cacherait dans se périnée. Ce point  stimulerait la prostate, puissante source de plaisir chez l’homme

5. Le périnée est le plaisir pour tous

Il est sans genre dans le plaisir. OUI, même pour les hommes. Non, prendre du plaisir aux caresses de ton périnée n’est pas une défaillance de ton taux testostérone. Et oui, c’est bon. Je le jure sur la tête de ton nœud.

Chez l’homme, la partie externe du périnée  se situe entre  les testicules et l’anus, c’est à dire à la base de la verge sous les testicules.
Chez la femme, le périnée se situe autour de l’anus et des organes génitaux, s’étendant du pubis  au coccyx. Le périnée de la femme, est plus compliqué que celui de l’homme. Il comprend la vulve et l’anus, qui sont séparés par une zone de peau, plus ou moins importante, suivant les femmes.[1]  Cette zone de peau est parfois oubliée dans les caresses.

6. Le périnée est cultivé

Petite sociologie personnelle : plus on est cultivé, plus on apprécie les caresses périnéales. Je subodore que cela est lié à l’ouverture d’esprit, l’éducation ou la culture métier par exemple. ( Je pourrais te faire de plus longues explications, mais il faudrait un article : « métier et sexualité») Désolée mon chaton, si je te file une nouvelle injonction. Mais c’est si bon, pourquoi te laisserais-je  dans l’ingnorance, alors que tu peux prendre ton pied en lâchant prise . Tu fais ce que tu veux de mon scoop. Mais réfléchi bien avant de refuser une langue généreuse, tu pourrais passer pour un baltringue inculte ou pire, un coincé du cul mal léché.

7. Le périnée peut-être doux

… comme une chatte. Avec un petit instrument, que toi, l’homme, tu manies déjà pour te faire la barbe, il est possible de rendre cet espace de plaisir, lisse comme une piste de bowling. Nan, parce que s’enrouler la langue dans des poils, même quand on est très attentionné(e), c’est assez désagréable. Quoique chez certains, le poil est plus doux que chez d’autres. Mais tu vois surement de quoi, je parle, toi qui demandes à ta compagne de «s’entretenir le minou» .

8. Le périnée est un cadeau

… empoisonné. Le jour où l’on découvre le plaisir inconnu de cette minuscule parcelle du corps, on ne peut plus s’en passer qu’on soit lécheur ou léché. (Réfléchis d’ailleurs à l’expression : «lèche-cul». S’il existe des lèches-cul, c’est bien qu’il existe des personnes qui trouvent agréable de se faire lécher le cul, n’est-ce pas ? Mais restons-en au périnée). Le périnée se caresse aussi avec les doigts, de façon franche : par exemple, une bonne pression du pouce, dans un massage circulaire sur toute la surface du périnée, fait son petit effet.

9. Le périnée est provocateur

De plaisir intense. Je me répète en bon pédagogue : le périnée est source de grand plaisir. Ta masculinité n’est pas située dans ton périnée. Ton plaisir, oui. N’essaye même pas de me dire que tu n’aimes pas ! Soit tu n’as jamais tenté l’expérience, soit l’initiation fut mauvaise. Peut-être que la stimulation de ton périnée ne te fera/fais pas grand-chose/rien, puisque chaque personne est différente. Par contre, ça ne peut pas te faire de mal. Essaie, bordel !

10. Le périnée est un voyage

Que tu sois homme ou femme, ton périnée est une source intarissable de plaisirs délicats ou intense. Le périnée de l’homme a plutôt besoin de stimulations appuyées que ce soit avec les doigts ou la langue. J’ai vu jouir l’homme en trois coup de langue sur le périnée (sans mettre les mains). J’ai vu se réjouir l’homme, j’ai vu l’homme quémander, j’ai entendu l’homme demander, j’ai entendu l’homme gémir. J’ai vu la femme surprise de ses morceaux de peau inexploités. Va, vole et jouis. Tu ne le regrettas pas tes orgasmes.

PS : tu me pardonneras mon titre racoleur, mais maintenant que tu vas te lancer dans le plaisir périnéal, usant de langue ou de doigts, tu auras plus de 10 orgasmes. J’t’en fiche mon billet !

PS2 : en faisant une recherche d’illustration pour cette note, je me suis aperçue que la représentation de l’orgasme masculin est presque invisible sur notre incontournable google. Drôle de société que la nôtre qui illustre sans problème l’orgasme de la femme, mais pas celui de l’homme.

[1] Extrait de Vulgaris médical

[2]  Extrait de Wikipédia

As tu des expériences à nous livrer pour faire avancer la cause du périnée ?


Si tu as envie d'écrire, j'aurais plaisir à te lire

11 commentaires sur “10 orgasmes du périnée (masculin )

  • Amandine

    Bonjour Marie
    J’ai eu un partenaire qui me demandait de le lécher partout. Depuis les aisselles (et malheureusement il ne sortait pas de la douche quand nous nous livrions à nos ébats) jusqu’à l’anus.
    Il exigeait de moi que je sois parfaitement épilée, mais lui…non, non, non!
    J’en garde plutôt un mauvais souvenir, de ce goût de sueur sous ses aisselles, de ce goût de pisse sur ses couilles, de ce goût de merde autour de son anus. Mais le pire était ces putains de poils qui venaient se coincer entre mes dents! Pourquoi est-il naturel qu’un homme exige d’une femme qu’elle s’épile et pas l’inverse???
    Mais c’est vrai que ces léchouilles lui faisaient beaucoup d’effet. Le périnée des hommes est très sensible, tout aussi sensible que celui des femmes, en somme. :-))

  • Gourgandine

    Merci pour cet article (et les petites modifications salutaires ;) ), je me suis rendue compte qu’en fait, je pratiquais déjà la stimulation du périnée sans le savoir, ne sachant pas bien que c’était là (je l’imaginais bêtement plus haut et plus « interne », donc inaccessible).
    Je ne l’ai jamais fait seul, plutôt dans le feu de l’action d’une fellation, et pour ma part les poils ne me posent pas vraiment de problème : j’ai eu la chance (apparemment) qu’on ne me fasse jamais de remarque négative sur mon absence totale d’épilation, je ne m’en permettrais pas sur les choix des hommes ou des femmes qui partagent ma couche. Puis souvent c’est plus doux.

  • emma

    C’est foutu en Belgérie :S … genre  » Hé ! C’est des trucs de PD ! ; (  » (lhomme viril du quartier a des réflexions cons des fois) J’ai laissé tomber l’affaire mais je me coucherai moins bête après cette lecture !

  • Paul Auster

    Cette caresse très intime et l’abandon qu’elle demande a celui qui la reçoit est un cadeau extraordinaire.
    Non, on ne perd pas sa virilité a aimer la recevoir.
    Oui, on fait un pas dans la compréhension du plaisir féminin en se laissant découvrir ainsi, abandonné a la sollicitude de son amante.

    J’ai eu il y a peu deux fois le cadeau de deux amies qui prenaient en charge chacune périnée et érection, Ouaaaaaaahhhh c’était Geant.

    Et quand la confiance et l’abandon sont tels que l’on laisse à son amante le soin de rendre lisse tout ce périmètre, à charge de revanche, bien sûr, alors on sait qu’on est aimé dans l’intime de l’intime de soi…

    • MarieTopic Auteur de l’article

      @Amandine : ton témoignage est poignant.Oui pourquoi certains hommes exigent sans être capable de s’imposer la même discipline ?

      @gourdandine : merci d’avoir répondu à ma sollicitation. Je partage avec le toi que certains poils sont doux. Pas tous.

      @Pierre : s’il vous plait ne dites pas «mesdames» sur ce blog. Je ne sais pourquoi mais je déteste cette expression

      @emma : raaah, il ne sait pas ce qu’il perd (et dépassant un peu les couilles de la langue, y’a peut-être moyen. Et puis le périnée, ce n’est pas encore le petit trou :D

      @Ellie C : <3 sur toi

      @MarieH2o : si tu spoiles la fin ---> DEHORS ET VITE

      @Paul : dites donc, vous avez de bien chouettes amies !