D’aigre à doux

A force d’être entre deux chaises, mon cul s’élargit. Il faut tenir la chèvre et la bite, le choux et la chatte et y plonger les doigts profonds. Il s’agrandit à en pleurer les soirs de revenants. Au sommet de la mer, je pensais à tous les culs visités et aux vierges en pleurs. Combien de stations s’égrèneneront  sur mon chemin de croix ? Au sommet du monde bleu, la douceur virevolte dans l’air salé. Pourquoi les gabians me ramènent des coquelicots fanés ? Nos chaussures posées sur le mur de pierre, nous rendent invincibles au temps qui trépasse un jour une heure trop vite. De l’autre côté de la […]


Ça raconte Sarah 1

  Ça raconte la passion dévorante, la vie qui change par amour. Ça raconte les sorties d’école d’une professeure, le soleil qui bruisse entre les branches du désir. Ça raconte la chair et les soupirs.  Ça raconte la mer en Italie et les casseroles que l’on ressort de placards oubliés. Ça raconte l’emprise, et la mort aussi au détour d’un lit. Ça raconte la folie. Ça raconte Sarah. En tournant les pages de ce livre à la couverture blanche, vous vous sentez vite en terrain connu, entre ennui et question existentielle. Elle raconte sa vie. Puis la vie se noue dans les yeux de Sarah.  Et à nouveau, elle raconte […]


Se mêle dans mon âme 2

[       …….         ……..      ] Aucune chatte ne sait qu’une couette se déplie avant de s’y abandonner. Celle-ci veut en être. Elle comprend que la chaleur se partage, là sur la couette chiffonnée. Elle désire de la compagnie tandis que mon corps se glisse vers le bas des dunes plates. Mes pieds dépassent à bas-bord et la terre ferme se refuse à moi. Ma bouche descends vers le chemin côtier. Mes mains naviguent à la quête du rivage apprivoisé. Une crique chaude m’y attend. De la langue, je marque la page du cahier de bord. [      …    …   …    …   ]                                         ] Comme […]


A fêlure de peau

Je la croyais éteinte. Orgueilleuse, j’osais penser qu’elle ne reviendrait plus jamais. Et soudain, cachée sous un plaid gris, elle attaque acide. Elle se colle sur les joints d’argile, elle les fissure. Elle se faufile entre mes failles de porcelaine ébréchée. Oh, elle avait commencé un peu avant, comme ça sans raison apparente. Elle m’a chopé après la sortie du rond-point et au début de la bretelle d’autoroute. Elle m’as susurré, avec douceur, que bien sûr, la piste d’hélicoptère, tu n’as pas été  la première. J’ai répondu à la voix : tu me prends pour une idiote ? J’ai vécu, je sais. Puis, je suis devenue une adulte, j’ai recollé […]