Lettre d’amour 3

Cher.e Ce n’est pas la première lettre que j’écris à tes rêves. Le premier avait 7 ans en haut d’un escalier sombre d’où l’eau coulait sous les ponts. Le second avait 14 ans dans la procession pour aller à la table de communion d’où ont disparu les anges. Le troisième avait 20 ans partis en fumée dans un grenier rougeoyant. Les quatrièmes avaient tous 35 ans au fond des écrans blancs et des draps de même couleur. Mais, toi, je ne sais pas quel âge tu as, je ne sais même pas si tu es indigo. Je pourrais te donner des larmes de perles et des sourires d’étoiles. Je serais […]


Éloge de la solitude 1

Un oiseau s’envole, le vent frais traverse ma peau après des jours moites et humides où l’air manquait. Sur un banc vert, je suis assise avec moi-même, sans un lac pour y jouer à Narcisse. Le parc danse sous la brise, les feuilles se racontent le bonheur. Rien à faire tel est l’instant. Ce n’est pas un projet, ni un avenir, ni un idéal, ni une mission. Ne rien faire. Être. Un couple passe. Ils courent, téléphone en main pour calculer leur temps et mesurer leur performance. Une jambe sur le banc, la tête dans le vent, je ne bouge pas d’un pouce. Cette solitude choisie, celle que l’ont peut […]


Le ventre du monde

Recroquevillée sur le sol, j’entends les bruits du monde. Il craque sous mes oreilles, il s’agite tout autour. Entre mes mains, mes jambes sont immobiles. Le bois flotte, je souris au retour. Dans mon monde ne restent que les sensations, les pas mêlés, les objets sonores, le caoutchouc dansant. Dans le ventre du monde, je flotte. La foule se range, pas à pas, au pas crescendo. Plus jamais le monde ne frappera pour me faire revenir parmi eux. Ils veulent me parler pour que je leur retourne mais l’irréel est mon pays. Laissez-moi m’assoir à côté de la sortie, contre la vitre fraiche. Le rap rythme, le monde crie par […]


Gueule de bois

Dans l’évier s’écoule du mauvais rosé. Son de liquide et d’air jusqu’au vide. Même mauvais, le vin enivre la soirée. Il était beau et coloré. La bouteille dénuée rejoint le sperme conservé dans un petit sachet oblong et noué. Je lie les fils jaune du sac noir. Il ne reste qu’à jeter les souvenirs dans la poubelle de la rue.  Hier encore, la chaleur nous avait couché sur les tapis bleus et gris. La chambre était trop haute, trop chaude, trop intime, jaune et grise. Il était orange et craquelé. C’est à la fenêtre que tout a commencé. J’ai regardé la rue, montée sur le marche-pied, le cul moulé dans […]