Les mères te mènent en voiture 2

Clac. Le bruit familier de la portière me fait sursauter. C’est un jour comme tous les autres, aujourd’hui je m’enfuis loin, sans but, sans rien, je m’enfuis enfin. Ou encore. Chaque matin, ils croient tous que je pars travailler dans cette voiture beige. Mais tous les matins, je me sauve loin de la meute assoiffée de mon sang. Ils se nourrissent de ma vie depuis le premier jour où ils sont se sont nichés dans mes côtes. Ils ont commencés par prendre mes vitamines, puis mon temps d’éveil, puis l’intervalle entre la portière et le mur, jusqu’à  engloutir l’espace qui séparait mon ventre du volant. Puis, ils sont sortis ensanglantés […]


On se dit tout – La littérature érotique 3

Sur la route qui me ramène du travail, la radio parle soudain d’un grand-père qui écrivait des nouvelles érotiques. Intriguée, je reste sur cette station où une auteur de new romance parle de sa manière de suggérer la sexualité  à l’aide de longues descriptions qui prennent le temps, « du cou aux genoux » ajoute l’animatrice. Un peu à l’inverse de ce que je fais, me dis-je. Puis, l’animatrice invite les auditeurs à participer. Et si, je pouvais lire mes mots à l’antenne ? Non. En parler au moins. Et là, je n’ai qu’une hâte, franchir le seuil de chez moi, avaler un bout de camembert (oui le fromage c’est la vie) […]


Pur sang arabe

Affalée dans la poussière, pelage sale, je vous guette. Au soleil brûlant, mes pupilles sont mi-closes, vertes dans votre fruit. Chaque jour, fier pur sang, vous trottez, beau, posé, ondoyant au rythme de votre assurance. Vous passez devant mes rochers, sans rien y voir, une deux trois, valse de votre robe noire. Je scrute vos mouvements. J’attends l’instant. Hier, vous pleuriez, prince de sang, une histoire de femme. Vous vous êtes caché, mais j’ai vu les larmes sur le poil. Vous brillez, vous dîtes qu’elle était votre repère, votre raison de vivre, votre antre chaude. Son corps encore vous enivre. Entre deux reniflements, vous croyez dur en ses seins de […]


Où est la boussole ? 1

Mon centre est dans le ventre, chaud et lumineux. Dans les magazines, ils le disent bien : pour être zen, retrouvez votre centre énergétique. A la page suivante, une femme tient dans sa main pure, un flacon de gélules d’huile de pissenlit à croquer par les racines. Elle est en tenue petite-maison-dans-la-prairie. La lumière sort du ventre, détruit les méchantes ondes magnétiques et enfin le Nirvana bio est retrouvé. Mon centre est dans le ventre. Tout est naturel, ici. Ma culotte est en coton, mon t-shirt aussi, surement fabriqués par des personnes faméliques payées avec un lance-pierre et logées dans de grands hangars à la sortie de Florence. Florence est […]


Réunion bleue 1

Longues jambes filiformes, velouté d’un collant bleu-marine, jupe en jean’s à mi-cuisse. Elle est assise sur une chaise impersonnelle, le buste en avant pour se rendre proche du petit groupe à qui elle s’adresse. Aller-retour entre ses chevilles et le haut de ses cuisses, sans arrêt, sans quitter des yeux la feuille quadrillé de mon cahier sage. Elle parle tandis que je m’agrippe à chacun de ses mots pour ne pas sombrer entre ses cuisses. Elle dit communication interne. Velouté bleu-marine de ses genoux. Elle dit des mots intelligents. Ses jambes sont croisées. Elle dit : logo moche. Sa jupe habille la chaise. Sous son pull marine, je devine le […]