Fantôme sans corps

Je me retournais, tu étais là. Je me retournais encore pour serrer le sommeil contre ma poitrine, tu étais là. Je me retournais à nouveau pour m’abandonner au repos profond, tu étais là. Ton visage, ton rire, ton cœur, tes bières, tes cheveux si courts, ta douleur, ton care, ta carapace, tes oublis, tes fissures, tes délicatesses, ton humour, tes peurs, tes poèmes denses, tes intenses, ta présence, tes ailes, ton iel, mon âme a tout emporté. J’entendais nos bouteilles de bière s’entrechoquer. Je sentais nos mains se checker. Nos épaules se touchaient presque sous les voûtes. Qui es-tu, puisque je ne connais que la surface de toi ? Qu’est […]


En passant 2

En passant, je ne juge personne qui tripe sur l’astrologie. Moi-même, je lis l’avenir dans les plis des vulves, alors qui suis-je pour jeter la première. (Anne Archet) En passant je ne juge personne qui tripe sur l’astrologie. Moi-même je lis l’avenir dans les plis des vulves, dans les entrailles de mes amoureuses et dans sur leurs vergetures. En passant je ne juge personne qui tripe sur le capitalisme, moi-même je consomme du porno, tout en me flagellant sur les conditions de travail des actrices. En passant, je ne juge personne qui tripe sur l’égyptologie, moi-même je fais des nudes de profil en présentant mes seins de côté. En passant, […]


Viens baby 1

Viens bébé, viens sucer mon sein. Mélangeons tout le passé et le présent. Mélangeons la douleur et le plaisir. Viens encore. Suce et bande. Suce jeune homme. Que fais-tu dans mon lit, m’interrogent toutes les nuits ? Tous les psys à divan diraient qu’il reste des plumes dans le duvet de ses aisselles. Suce avant que les instants suspendus ne brisent en morceaux de miroir. Suce avant que je dise stop. Tu n’es pas un bébé dit ta barbe un peu folle. Tu n’es pas un ange disent tes anneaux aux oreilles. Tu n’es pas un bleu dit ton autre anneau intime. Tu es un peu fou dit ton tatouage. Tu […]


Flash bi 1

Tout au long de ton torse poilu et plat, je caresse ses seins à pleine main.  Elle est si belle sous le clos de mes paupières. Ses seins charnus, mes mains fermes, mes yeux fermés, sa peau douce, ta peau épaisse. C’est elle ou elle. Toi c’est il. Je prends possession de ton cou. Que ferais-je avec elle ? Douceur ou puissance ? Prendre ou caresser ? Que voudrait-elle ? Tu frémis sous la rage de mon désir. Je te veux si fort. Je la veux si peur. Je la contourne, son dos beauté. Je lui souris, je m’emmêle les pinceaux, je dessine un vagin sur ma main. Viens, madame, viens avec moi nous […]